En guise de présentation


Les Editions Inedits ont pour vocation l'inventaire des ouvrages qui n'existent pas, mais qui pourtant ont ou ont eu une influence sur la littérature. Le "Nécronomicon" bien connu des lecteurs de Lovecraft en est un exemple. "Le roi en jaune" en est un autre, Kilgore Trout est un auteur parfaitement inédiste, et ces pages leur rendent hommage tant que faire se peut....
Par ailleurs, plutôt que se perdre dans les méandres de la virtualité, nous vous proposons ici de découvrir notre activité concrète (littéraire et théâtrale).

Rechercher dans ce blog

vendredi 29 janvier 2010

Oscar Wilde a-t-il écrit "Le roi en Jaune" ? (7ème)

d) L’étrange cas de Mr. Wilde – réparateur de réputations. 


Dans « Le réparateur de réputations », nouvelle qui touche au plus près les Mystères du Roi en Jaune, Hildred de Castaigne rend plusieurs visites à Mr. Wilde. Le portrait en est ainsi fait :
« Quand il eut fermé la porte à double tour et l’eut barricadée d’un lourd coffre, il vint s’asseoir à mes côtés, me dévisageant de ses petits yeux allumés. Une demie douzaine de nouvelles égratignures recouvrait son nez et ses joues, et le serre-tête en argent qui supportait ses oreilles artificielles était de travers. Je pensai qu’il ne m’avait jamais aussi hideusement fasciné. Il n’avait pas d’oreilles. Les fausses, qui à présent formaient un angle des plus singuliers, étaient sa seule faiblesse. Elles étaient faites de cire et peintes en rose nacré, mais le reste de son visage était jaune. Il eût mieux fait de s’accorder le luxe de doigts artificiels pour sa main gauche, un moignon absolu, mais cela ne semblait pas l’incommoder, et il était satisfait de ses oreilles de cire. Il était très petit, à peine plus grand qu’un enfant de dix ans, mais ses bras étaient magnifiquement développés et sa taille aussi fine que celle d’un athlète. Toutefois, la chose la plus remarquable au sujet de Mr. Wilde était qu’un homme d’esprit aussi brillant et érudit ait une telle tête. Elle était plate et pointue, comme celles de bien des infortunés qui peuplent prisons et asiles psychiatriques. Beaucoup le jugeait d’ailleurs fou, mais je le savais aussi sain d’esprit que moi. » (« Le réparateur de réputations » traduction originale).



Au regard de la thématique du masque blême, l’on est en droit de se demander la véritable nature de Wilde. (1) Toutefois, le lecteur n’en apprendra pas plus. L’étrangeté de l’individu posée, c’est l’intérêt de Castaigne pour une telle fréquentation qui est dès lors exposé.
« Où sont les notes ? » demandai-je. Il désigna la table, et pour la centième fois je ramassai la liasse de feuilles manuscrites intitulées :« La dynastie impériale d’Amérique ». Une par une j’étudiais ces pages, froissées par mes seules manipulations, et bien que j’en connaissais le contenu par cœur, du début, « Quand, de Carcosa, des Hyades et d’Aldébaran », à « Castaigne, Louis de Calvados, né le 19 Décembre 1877 », je lus tout cela avec une extrême attention, m’arrêtant pour en reprendre des passages à haute voix, et m’attardant tout particulièrement sur « Hildred de Calvados, prétendant au trône », etc., etc. » ("Le réparateur de réputation", traduction originale).
Inutile de préciser qu’à ce moment du récit, la folie de Hildred de Castaigne ne fait plus de doute pour le lecteur, ainsi que ses motivations homicides envers son cousin Louis. Mais de quelle nature est cette « Dynastie impériale d’Amérique »(2), qui tisse sa toile depuis les confins (« bierciens ») d’Aldébaran, à Carcosa même ? Ne serait-ce pas une construction hallucinatoire de l’esprit malade de Hildred, corrompu par la lecture du « Roi en jaune » ? Cette illusoire destinée impériale est toutefois partagée, attisée, par Mr. Wilde, véritable agent d’une déstabilisation massive de l’espèce humaine, comme le démontre l’extrait suivant : 
« Nous sommes maintenant en contact avec dix mille hommes », marmonna (Wilde). « Nous pouvons compter sur cent mille dès les trente-huit premières heures, et en quatre-vingts heures, l’état se soulèvera en masse. Le pays suivra l’état, et la partie qui ne le fera pas, je veux parler de la Californie et du Nord-Ouest, ferait mieux de n’avoir jamais été habitée. Je ne leur enverrai pas le Signe Jaune. » Le sang me montait à la tête, mais je ne fis que répondre « Un bon coup de purge ». (3) « L’ambition de César et celle de Napoléon pâlissent devant ce qui n’aura de repos avant de s’être emparé de la pensée humaine et contrôlera même ses rêves les plus inavoués. » déclara Mr Wilde. « Vous voulez parler du Roi en Jaune, » frissonnai-je. « C’est un roi que bien des Empereurs ont servi ». « Je suis heureux de le servir » répliquai-je. » ("Le réparateur de réputation", traduction originale).

Il s’agit donc pour Castaigne de récupérer un trône oublié par l’espèce humaine, au nom d’un Roi des rois de jaune vêtu. On pense à un coup d’état, comme Lovecraft pût penser au Retour d’un Grand Ancien extraterrestre. Et pour reprendre cette supposition que le Signe jaune pourrait être monétaire, on pourrait imaginer une guerre économique, un crack boursier. Chambers écrivait ces lignes en 1895, et bien que situant audacieusement l’action en 1920, il ne fait pas office de génial visionnaire de la crise de 1929. Et ce n’est pas là son propos, car nous apprendrons dans la dernière partie du récit, l’action véritable de Wilde, qui n’a d’envergure que celle du corbeau – j’entends ici « maître-chanteur » - tandis que nous le verrons à l’office avec un autre de ses « clients », nommé Vance.


(1) : Et l’on se souviendra avec effroi du sort d’Henry Wentworth Akeley dans  « Celui qui chuchotait dans les ténèbres » pour ne pas vouloir sonder d’avantage le taux d’humanité de l’usurpateur. 

(2) : Un article en préparation nous rappellera les précédents véritables de tentatives d'instaurer un trône impérial sur le territoire fédéral et démocratique des USA.

(3) : L’expression utilisée dans la version originale, « A new broom sweeps clean » a aussi été traduite en « On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs » (Anne Vétillard, in Le Cycle d’Hastur) et en « Il n’est ferveur que de novice » (Jacqueline Fuller in Le roi de jaune vêtu).

Enregistrer un commentaire

A venir...

Archives photos et vidéos : Thunos, L'étoffe des songes, Le talon de fer, Contes, L'innamoramento, Dans les bois la marguerite, Ballet Monstre, Ubu Président ...

Kilgore TROUT : hagiographie

Le catalogue enrichi des Editions Inedits