En guise de présentation


Les Editions Inedits ont pour vocation l'inventaire des ouvrages qui n'existent pas, mais qui pourtant ont ou ont eu une influence sur la littérature. Le "Nécronomicon" bien connu des lecteurs de Lovecraft en est un exemple. "Le roi en jaune" en est un autre, Kilgore Trout est un auteur parfaitement inédiste, et ces pages leur rendent hommage tant que faire se peut....
Par ailleurs, plutôt que se perdre dans les méandres de la virtualité, nous vous proposons ici de découvrir notre activité concrète (littéraire et théâtrale).

Rechercher dans ce blog

samedi 16 février 2013

"Kilgore Trout improvise" - Inédisme

"Kilgore TROUT improvise"
COLLECTION KILGORE TROUT N°10

"Billy a invité Trout à fêter son dix-huitième anniversaire de mariage. Les réjouissances battent maintenant leur plein.
Trout, dans la salle à manger, engloutit des canapés. Il parle à  la femme d'un opticien, la bouche pleine de fromage blanc et d'oeufs de saumon. Tout le monde, Trout excepté, a un lien quelconque avec l'optique. De plus, il est le seul à ne pas porter de lunettes. Il se taille un fameux succès. Les convives sont fort aise de la présence d'un écrivain en chair et en os, même s'ils ignorent tout de ses romans.
Trout fait la causette avec une certaine Maggie White qui, de secrétaire d'un dentiste, est devenue femme d'opticien. Elle est très jolie. Le dernier bouquin qu'elle ait ouvert est "Ivanhoé".
Les flatteries dont Trout est l'objet, toutes superficielles qu'elles soient et proférées par des béotiens, lui montent au cerveau comme une drogue. Sa satisfaction éclate en une bruyante impudence.
- Je crains de ne pas lire autant qu'il le faudrait, murmure Maggie.
- Nous avons tous peur de quelque chose, coupe Trout. Moi c'est le cancer, les rats et les dobermans.
- J'ai honte de ne pas le savoir, mais je vous pose tout de même la question : qu'avez vous écrit de plus connu ?
- Un truc sur l'enterrement d'un célèbre chef français.
- C'est passionnant.
- Tous les meilleurs cuisiniers du monde se sont déplacés. C'est une cérémonie grandiose. (Trout improvise au fur et à mesure). Avant de sceller le cercueil, la famille asperge le mort de persil et de paprika.

C'est la vie"

Kurt VONNEGUT, Jr. – Abattoir 5 (Editions J'ai Lu ; pp.247-248  ; traduction : Lucienne Lotringer).
A noter : Voici l'une des rares histoires à ne pas souvent être répertoriées dans les tentatives précédentes de bibliographie de Trout ; et pour cause, il s'agit d'un propos improvisé, et non d'un ouvrage. Toutefois, très souvent, Vonnegut nous permet au fil de son oeuvre d'entrer dans l'esprit de Trout qui imagine quel pourrait être le cadre de l'une de ses prochaines histoires. Le flux est toujours limpide, la pensée audacieuse et claire, la chute jamais très loin. L'ensemble donne la sensation que Trout est doté d'un esprit aiguisé au plus haut point et qu'il porte son propos à fleur de peau. Des improvisations comme celle-ci lui sont coutumières et monnaie courante - et devant l'importance de son oeuvre (117 romans et 2000 nouvelles), nous pourrions aisément conclure que son écriture s'approche de ce "premier jet" de la pensée.

Cet extrait d'"Abattoir 5" témoigne de l'amitié rapide du protagoniste principal, Billy Pilgrim, et de Kilgore Trout. Tous deux sont des êtres solitaires et Billy vient d'être initié à l'oeuvre de Trout par Eliot Rosewater, le protagoniste de "R comme Rosewater !" Dans la version cinématographique qu'en proposera George Roy Hill en 1972, le personnage de Trout ne sera malheureusement pas repris, condamnant Billy a plus de solitude encore.

Pour finir, nous vous proposons de découvrir un extrait d'une excellente émission sur Vonnegut (dans la série "ARENA", diffusée sur la BBC en 1983), extrait qui débute avec cette même improvisation, mais qui n'a pas lieu dans la demeure de Billy Pilgrim. L'interlocutrice de Trout ne doit pas être non plus la "très jolie" Maggie White. Elle s'inspire d'avantage du personnage de Mary Kathleen O'Looney, en provenance de "Gibier de potence", mais qui dans ce dernier roman n'a pas le plaisir de discuter avec Kilgore Trout.



La suite de la séquence reprend la fin du "Breakfast du champion", où Vonnegut s'offre le luxe d'apparaître en tant que lui-même, l'auteur omniscient, dans son propre récit. Séduit par sa propre créature tel Pygmalion face à Galatée, Vonnegut va jusqu'à avouer sa condition de personnage à Trout, estimant qu'il est le seul à pouvoir la comprendre et la croire. Que lui répond le très faustien Trout ? "Fais-moi jeune !"
Cette problématique du rapport créateur / créature - les leurres que l'un ou l'autre rencontre en se penchant sur la question, les dégâts que risqueraient d'engendrer une trop brusque révélation - est l'objet d'un prochain ouvrage de Kilgore Trout : "Maintenant on peut le dire".
Enregistrer un commentaire

A venir...

Archives photos et vidéos : Thunos, L'étoffe des songes, Le talon de fer, Contes, L'innamoramento, Dans les bois la marguerite, Ballet Monstre, Ubu Président ...

Kilgore TROUT : hagiographie

Le catalogue enrichi des Editions Inedits